Matchs de la rentrée littéraire Priceminister - ma critique

Publié le 15 Novembre 2013

 

Pour la 1ère fois , j'ai participé aux Matchs de la rentrée littéraire de Priceminister.

Mon choix parmi les livres proposés s'est porté sur cette oeuvre de Nancy Huston :

 

Danse-Noire

 

Je m’y suis attelée avec application et sérieux. Je découvrais l’auteur.

Résumé succinct du livre : Nous suivons la vie de trois personnages :

 

-      Milo hospitalisé et en en phase terminal. C’est le héros principal du roman.

-      Awinita jeune indienne canadienne prostituée

-   Neil Kerrigan/Noirlac jeune avocat irlandais, écrivain en devenir début et refoulé à la fin de sa vie. Il émigre au Canada, Québec et change de nom après le soulèvement des Volontaires Irlandais face à la couronne britannique au début du 20ème siècle.

J’ai mis un peu de temps pour comprendre les liens de ces trois personnages entre eux. Awinita est la mère de Milo qui l’a abandonné à sa naissance et Neil Noirlac est le grand-père de Milo qui le recueillera  au moment de son adolescence.

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, je n’ai pas du tout aimé.

 J’ai pourtant essayé de trouver un intérêt, une émotion à suivre ces trois destins étranges.

Plusieurs raisons sans doute.

 D’abord le style qui oscille entre roman et description d’un film.

Effectivement Milo mourant et scénariste de son métier est soutenu par son compagnon Paul Scwhartz réalisateur qui décide de faire un film de la vie de son amant.

Le livre est en succession de scènes introduites par des descriptions sans âme, brutes, d’informations factuelles.

Le film au final doit durer au moins 3 jours ! Il y aura des rushs, comptez pas sur moins pour les visionner !

Nous changeons de personnages et de périodes à chaque chapitre. Cela découpe un peu plus le récit. Nous commençons en 2010, nous passons dans les années 1910-1920 puis un saut vers les années 1950. Les lieux aussi changent également, en fonction des personnages : Milo voyage pas mal, Awinita est quasiment uniquement  dans un hôtel de passe et Neil est au début en Irlande puis à son grand désespoir dans sa ferme familiale québécoise.

Et pour finir, les « énormes » parties du livre en anglais traduites en français québécois avec l’accent ! J’ai trouvé cela pénible à lire. La traduction occupant la moitié du bas de la page. Souvent les deux langues sont mélangées dans le texte original. Donc quand on lit la traduction, pour la compréhension de l’histoire, il faut revenir à l’anglais et retrouver les phrases en français intercalées.

Je m’aperçois que mon explication est aussi fastidieuse que la lecture de ces chapitres !!

Je n’ai pas compris pourquoi ces pages n’étaient pas traduites directement. Cela aurait facilité la fluidité du récit.

J’ai trouvé également un peu lourde la référence rythmique à la capoeira tatadaDA. L’amour de Milo pour le Brésil apparait plutôt vers la 2nde moitié du livre !

Toutes ses vies m’ont semblées tristes, pathétiques, sans espoir. Elles filent le cafard. J’avais pourtant envie que quelque chose de bien leur arrive à ces trois personnages. Mais ils ratent leur vies, se manquent.

Pas sûre que je relise un jour une ouvre de Nancy Huston, et je ne recommanderai pas ce livre.

Ma note 7/20.

 

blinkies-val--rie.gif

Rédigé par Valérie mh

Publié dans #Ma Bibliothèque

Repost 0
Commenter cet article